/Série/ American Horror Story : pourquoi regarder?

ahs

 

J’ai enfin trouvé le temps pour découvrir l’univers ô combien alléchant et glauquissime de American Horror Story (AHS pour les intimes).

Verdict : malgré mes yeux frileux et mon habituelle aversion pour ce qui est angoissant, dès le premier épisode, j’ai été irrévocablement scotchée par l’atmosphère vénéneuse et troublante du show et emballée par son terrible sens de l’humour noir. 

De prime abord, sans connaître, on se dit « encore une énième version d’un mythe revisité cent fois par Hollywood&Co » (et autres contes gothiques plein de clichés élimés). Rien d’aguicheur en somme. Le cinéma et la télévision nous ont déjà submergé de tous les scénarios horrifiques possibles et imaginables depuis que le grand frisson est revenu dans les grâces du téléspectateur, alors que peut-il y avoir de plus à montrer puisqu’il semble que toutes les facettes du genre aient été exploitées ?

C’est précisément là que réside la force d’AHS : le plaisir inattendu et euphorisant de redécouvrir un genre que l’on pensait devenu stérile.

La structure de base est banale, chaque saison est articulée autour d’un des grands classiques de l’horreur.
Jusque là, rien de palpitant.
Mais le génie du show réside dans le fait qu’il tisse plusieurs intrigues en parallèle afin de n’en former qu’une seule que l’on ne fait que brièvement apercevoir avant la grande claque finale. (Un peu comme un gros mille feuille bien gras, ou une lasagne cosmique. Métaphoriquement vôtre haha…)
Il y a une véritable intelligence scénaristique dans cette série, et élégance ultime, pompon sur le caviar, elle intègre avec subtilité des sujets de société cruciaux de l’histoire des Etats Unis, sans jamais tomber dans le pathos ou le rasoir, entremêlant ainsi avec maestria des événements bien réels et instructifs au sein d’une vague d’événements fictifs extra réalistes.
Placez cette perle rare dans un bel écrin d’images sauvages, méticuleusement orchestrées dans un glamour flamboyant et vintage, où se pavanent la haute couture et le design, et vous obtenez ce bijou d’angoisse sous opiacés qu’est American Horror Story.

Embarqués à notre insu à bord des destinées tragiques de sa galerie de personnages hautement charismatiques, on navigue puis sombre dans des eaux à la fois mystiques, glaciales, machiavéliques, cruelles, incapables de se détacher de la virtuosité du jeu des acteurs (Terrifiante Jessica Lange, déroutant Evan Peters, divine Lady Gaga ou encore, troublante Sarah Paulson) qui endossent au fil des saisons d’autres costumes, d’autres masques, toujours méconnaissables et pourtant si familiers, dans ces vertigineuses fables horrifiques discrètement imbriquées les unes dans les autres…
Comme si tout cela ne suffisait pas à nous convaincre, la série invite régulièrement des guests incongrus qui piquent la curiosité : par exemple, mesdemoiselles fan de Mr Adam Levine, je dis ça juste en passant… 😉

 

image

 

Saison 1 : MURDER HOUSE ( Thème majeur : La maison hantée, thèmes secondaires : le divorce, le handicap mental, l’adultère, la célébrité, l’adolescence, les fusillades scolaires )

Saison 2 : ASYLUM ( Thèmes majeurs : L’asile psychiatrique, un psychopathe appelé Bloody face, les aliens, la religion Chrétienne, thèmes secondaires: le nazisme, l’homosexualité, le mariage mixte, les années hippies, l’avortement, le journalisme )

Saison 3 : COVEN ( Thème majeur: Les sorcières, thèmes secondaires: la rivalité magie blanche/vaudou, la chasse aux sorcières, l’héritage, le racisme, l’esclavagisme…)

Saison 4 : FREAKSHOW ( Thème majeur: Les »monstres » de foire, thèmes secondaires: l’enfant roi, l’alcoolisme, la mutilation, l’exhibition et un clown tueur. (représentant un des serial killers les plus célèbres des Etats Unis: John Wayne Gacy Jr )

Saison 5 : HOTEL ( Thème majeur: Les vampires, thèmes secondaires: les dix commandements, la drogue, le show business, les années folles, l’enlèvement d’enfants, la transsexualité,… )

La saison 6 arrive au mois d’Octobre, le thème principal reste à ce jour encore inconnu même si les spéculations vont bon train parmi les fans… On parle entre autre du Slenderman, humanoïde sans visage vêtu d’un costume, d’Armageddon, d’une colonie de vacances… RDV bientôt pour lever le voile sur ce mystère… 😉

 

image

image

image

image

image

image

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Banana split dit :

    Tu écris bien ! Moi qui me suis arrêté à la saison 2, ton article me donne envie de voir les autres. Pompom sur le caviar ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *